mercredi 13 mars 2019

LA-HAUT SUR LA MONTAGNE!

Peindre à l'aquarelle l'hiver à la montagne, sur le motif, n'a rien d'une partie de plaisir. Il faut faire face au froid, aux glissades involontaires, à l'inconfort d'un anorak qui limite vos mouvements, et à une palette dont les couleurs gèlent au fur et à mesure que vous rajoutez de l'eau pour les mélanges!

 
Corrençon-en-Vercors par beau temps
Et pourtant, et pourtant, que de bonheur! Pour peu que votre séjour se passe au soleil, que vous ayez prévu une siège confortable pour mettre vos fesses à l'abri du froid, la magie de l'aquarelle opère.
Un dessin rapide pour esquisser les zones de sapins, le contour de la montagne, et je pose les premières couleurs (les plus claires d'abord) puis j'augmente les contrastes, varie les tons, joue sur les nuances. Je sais m'arrêter à temps pour ne pas gâcher la fraîcheur des couleurs. Comment je sais que je dois arrêter? 
 
Grisaille sur la montagne du Vercors


Mais nous sommes à la montagne, voyons, et je suis mal assise! Mes fesses me disent qu'il est temps que je change de position et mes doigts frigorifiés refusent de travailler davantage!!! Voilà comment je sais que je dois m'arrêter. Je m'écoute! Peindre ne doit pas devenir une séance de torture.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire